Sélectionner une page

Découvrir le belvédère de la forêt de Rosny-sur-Seine (Yvelines) se mérite. Il faut d’abord emprunter une route forestière, puis marcher une dizaine de minutes sur un chemin pentu avant d’atteindre une petite clairière.

En général, un « waouh! » émerveillé accompagne l’arrivée du néophyte.
Nous sommes à quelques minutes de Mantes la jolie. La vallée de la Seine s’offre 100 m en contrebas. Des péniches nonchalantes descendent ou remontent le fleuve.

Au fond, le Vexin vous toise en dressant ses forteresses de calcaire coiffées de forêts et de champs. Vers l’Est, on distingue les cheminées de la centrale de Porcheville, l’urbanisation, la grande banlieue…

Vous voici entre deux mondes, à l’écart, pour admirer de ce balcon de Sirius, un paysage prisé des Impressionnistes.

La peintre Maximilien Luce vécut dans le village voisin de Rolleboise.

Si le vent se lève, vous pourrez vous abriter dans le kiosque, planté là, de façon un peu surprenante. Ce petit pavillon de bois orné de subtiles mosaïques est un vieux monsieur qui mérite notre respect

Construit à la fin du XIX ème siècle, il a servi de guichet d’accueil pour l’exposition universelle de 1900 à paris avant d’être racheté par un riche industriel de la région mantaise qui le transforma en pavillon de chasse pour la giboyeuse forêt de Rosny sur seine.

Mais au fil du temps, le guichet finit par s’abimer puis pourrir…avant que l’agence des espaces verts décide de le sauver de la ruine en 2013.

« Il est emblématique de l’époque de l’Art nouveau,période où les misaïstes débarquaient à Paris pour y proposer leur savoir faire », explique Fabienne Scouffaire, la restauratrice qui s’est occupée des mosaîques.

error: Hey ! Ce contenu est protégé :-)