Sélectionner une page

Le Tréport

Les maisons de Mers les Bains

Les villas du quartier balnéaire de Mers les Bains  témoignent du charme de la Belle Epoque, avec leurs balcons ouvragés, bow-windows, loggias, céramiques, mosaïques et façades colorées…

Avec la découverte des bains de mer, lancés en Angleterre dès 1860, et de leurs bienfaits thérapeutiques, Mers, alors simple petit port de pêcheurs, connaît un développement spectaculaire.

Avec la découverte des bains de mer, lancés en Angleterre dès 1860, et de leurs bienfaits thérapeutiques, Mers, alors simple petit port de pêcheurs, connaît un développement spectaculaire.

A la fin du XIXème siècle, le chemin de fer amène vers nos côtes les premiers vacanciers appelés « baigneurs ».

Ces “baigneurs”, issus du milieu de l’industrie, de l’aristocratie, de la riche bourgeoisie Parisienne, Amiénoise, du Nord…, vont s’y fixer en faisant construire les premières résidences secondaires de notre monde moderne.

La thalassothérapie venait de naître et à travers elle, la station balnéaire de Mers-les-Bains telle que nous la connaissons aujourd’hui, avec la construction d’un véritable et grand quartier dédié à la villégiature, composé de près de 600 villas.

Les premières maisons, perpendiculaires à la mer, démarrent juste au bas de la falaise, sous le village originel. La rue Jules Barni, avec ses commerces alignés, a gardé cet aspect typique, sorte de premier centre commercial du XIXème.

Cette première partie du quartier balnéaire, de la falaise vers la rue Buzeaux, est surtout composée de maisons bourgeoises assez classiques, avec des garde-corps en ferronnerie assez simples.

Puis, les villas sont dessinées par des architectes en vogue. La fantaisie et la fête s’emparent du décor : balcons, bow-windows et loggias prolifèrent. Toutes plus élégantes et raffinées, les villas permettent aussi aux propriétaires d’afficher leur niveau social.

Cette « envolée » architecturale plus folle, plus audacieuse, plus surprenante, seconde partie de l’édification du quartier balnéaire, se constate à partir de la rue Buzeaux et jusqu’aux dernières villas vers la commune voisine de Le Tréport.

Le style de ces villas (Anglo-normand, Flamand, Picard, Mauresque, Renaissance, Louis XIII, Napoléon III, années 30…), leurs couleurs, les balcons ouvragés, bow-windows et loggias, ferronneries, auvents, baies, frontons, consoles… sont riches et variés.

Les décors sont légion, qu’ils soient faits de briques émaillées à dominante bleu-vert, de carreaux de grès émaillés, de céramiques, de faïences, de mosaïques, de frises, de clous, de cabochons, de mascarons, de rosaces, de cartouches ou encore de médaillons.

L’ Art Nouveau, qui se caractérise par son emploi constant de la courbe inspirée du domaine floral ou végétal, est représenté sur quelques villas à Mers. Le décor est là, à profusion. Le front de mer est l’espace privilégié des promeneurs, il est bordé de villas qui témoignent du charme de la Belle Epoque. (Voir lien en bas à gauche : Découvrir l’Art Nouveau à Mers avec Edouard Niermans).

Un « Joyau unique de l’architecture »

La plupart des constructions ont été qualifiées de « villa » lors de l’édification du quartier balnéaire, pour les distinguer des autres édifices, tel les hôtels ou les pensions de famille de type maisons de rapport.

Ces « villas » portent généralement un nom en façade, pour les identifier et les distinguer des immeubles. Ce sont souvent des prénoms pour la plupart féminins comme « Hortense », ou des termes empruntés à la nature, principalement les fleurs, comme « La Violette », « Les Chardons », « Les Lilas », ou des éléments liés à la mer, comme « La Vague », « L’Horizon » ou encore « L’Etoile de mer », voire inspirés par la musique comme par exemple avec « Rigoletto ».

Par l’arrêté du 7 août 1986, la Ville a obtenu de classer cet ensemble exceptionnel en « Secteur Sauvegardé » et en a fixé les limites.

Ainsi est sauvé ce que plusieurs auteurs n’ont pas hésité à appeler un “Joyau unique de l’architecture”. Pour autant ces « vieilles dames » sont fragiles et se doivent d’être entretenues et restaurées.

(source : site officiel de la ville de Mers les Bains)

Saint Valéry sur Somme

Vous connaissez cet endroit ? Dites-le moi dans les commentaires !

error: Hey ! Ce contenu est protégé :-)